careme2020.png

Niger : Père Pierluigi Maccalli  


© Société des Missions Africaines


Le 17 septembre 2018, huit hommes armés à moto – probablement des islamistes de la tribu Peulh – ont saisi et enlevé le missionnaire italien Pierluigi Maccalli, à son domicile de Bamoanga, au Niger, en face de l’église catholique locale. 

Depuis lors, rien n’a été entendu sur le sort de ce missionnaire, membre de la Société des Missions Africaines (SMA). Son frère, le père Walter Maccalli, explique que « toutes les informations des journalistes et du gouvernement burkinabé, selon lesquelles il aurait été ramené au Niger, ne sont rien d’autre que des hypothèses qui n’ont pas été confirmées... » 

Il avoue qu’il vit ce premier anniversaire de l’enlèvement de son frère dans un état qui ne peut être compris que par celui qui a « vécu cette réalité dans sa propre chair. » La prière quotidienne ainsi que « la solidarité et le soutien des autres prêtres »  lui permettent de ne pas perdre courage. 

  Faire un don pour le Carême 

Action de l'AED : Le frère du père Pierluigi, le père Walter, aussi prêtre et missionnaire, a envoyé un message à l’AED pour demander des prières pour sa libération. « Nous savons que ces choses prennent du temps, écrit-il, mais nous continuons d’espérer avec foi et patience dans sa libération éventuelle. Les prières que nous récitons tous les jours dans notre village sont offertes dans le même esprit d’espérance. Jésus, s’il vous plaît, libérez le père Pierluigi et ramenez-le sain et sauf à la maison ! »

« Notre seule arme, c’est la prière »


Le dimanche 23 février 2020, environ 200 catéchistes venus de toutes les paroisses de la ville de Niamey, se sont réunis autour de Monseigneur Laurent Lompo, archevêque de Niamey, pour une journée de récollection. Ce dernier les a exhortés à renforcer leur confiance au Christ et à continuer leur mission avec zèle et dévouement malgré les difficultés rencontrées. 

« Si la Parole de Dieu n’est pas ancrée en nous, si nous ne sommes pas convaincus de cette Parole, nous pouvons faire facilement une croix sur notre vie chrétienne et renier le Christ à la moindre difficulté. Mais si la Parole est vécue, nous pouvons éviter les astuces du Malin. 

Soyons fidèle à Jésus-Christ comme lui a été fidèle à son Père. Si nous portons notre Croix avec confiance, nous pouvons avancer au large. Jésus-Christ est à nos côtés dans les moments les plus durs. Notre seule arme, c’est la prière. Quand un pauvre crie le Seigneur entend. La Vérité, c’est le Christ. Il finit toujours par triompher. Sachons surtout que Dieu ne peut abandonner ses enfants. » 

Puisse le Seigneur Jésus qui a lui-même souffert pendant sa mission sur terre, fortifier tous les catéchistes dans leur apostolat et qu’Il accorde aux évêques les grâces nécessaires pour conduire son peuple dans la paix et la sérénité. Amen.  

Source : Facebook @Église Catholique au Niger – ECAN