careme2020.png

Philippines : Père Fransiskus Madhu  



© Père Felmar Castrodes Fiel, SVD


Missionnaire du Verbe Divin, le père Fransiskus Madhu, né en 1976 et indonésien de nationalité, a été assassiné dans le diocèse de Tabuk, au nord des Philippines, le 1er avril 2007. Il était à l’école primaire du village de Mabugtot, où il venait de terminer quelques activités pastorales. Il était prêt à célébrer la Vigile des Rameaux, quand quatre hommes s’approchèrent de lui. L’un d’eux portait une arme à feu et a tiré sur le prêtre. Ce même homme avait déjà menacé le missionnaire, quelques heures avant de le tuer.

Le père Fransiskus avait fait ses vœux permanents dans la Société du Verbe Divin, en 2003, et avait été ordonné prêtre en 2004. 

  Faire un don pour le Carême 

Action de l'AED : Le travail effectué par les missionnaires catholiques, dans tant de différentes parties du monde, est tout à fait unique. Ils vont dans des endroits très souvent inaccessibles et sans infrastructures. Des endroits où personne d’autre n’est prêt à aller ! Ils apportent la Parole et l’Eucharistie, donnent des conseils et soutiennent les communautés catholiques, en défendant souvent le peuple face à l’injustice sociale. La formation de ces futurs missionnaires est vitale. L’AED soutient le travail de nombreux missionnaires et jeunes laïcs engagés, les aidant à proclamer l’Évangile. Aux Philippines, l’AED est impliquée dans divers projets, comme dans la conférence nationale pour la formation des jeunes.

Les intentions du pape François


Il y a plus d’un an, le 27 janvier 2019, suite à l’attentat qui frappait les chrétiens des Philippines, faisant au moins 18 morts, le pape a prié pour la conversion des violents : 

« Nous confions au Christ et à la Vierge Marie aussi les victimes de l’attentat terroriste perpétré ce dimanche dans la cathédrale de Jolo, aux Philippines, alors que l’on célébrait l’Eucharistie. J’exprime à nouveau ma plus ferme réprobation pour cet épisode de violence qui endeuille de nouveau cette communauté chrétienne, et j’élève mes prières pour les défunts et pour les blessés. 

Que le Seigneur, Prince de la paix, convertisse le cœur des violents et accorde aux habitants de cette région une coexistence sereine. » 

Le pape François, en janvier 2019